Ein junger Mann schaut auf ein auf eine Fahne aufgedrucktes Porträt des türk Präsidenten ErdoganViele der entlassenen und verhafteten Richter und Staatsanwälte sind bei ihren deutschen Kollegen bekannt: Kaum vorstellbar, dass sie alle der Gülen-Bewegung angehören.

Der Deutsche Richterbund, die größte Vereinigung von Richtern und Staatsanwälten hierzulande, hat einen Brief an die Bundeskanzlerin geschrieben: Viele der entlassenen und verhafteten Kollegen seien bei deutschen Richtern bekannt. Es stünde außer Zweifel, dass gerade die Mitglieder der türkischen Richtervereinigung mit dem Namen „Yarsav“  integer seien und sich für den Rechtsstaat engagieren. Yarsav und ihren Mitgliedern Sympathien für die Putschisten oder die Gülen-Bewegung vorzuwerfen, sei nicht nachzuvollziehen.

Le MondePar Robert Badinter, Virginie Duval, Clarisse Taron, Christophe Régnard et Simone Gaboriau.

Qu’on ne s’y trompe pas : la purge de l’institution judiciaire, de la fonction publique et des médias par le président Recep Tayyip Erdogan n’est pas une réponse à la tentative de coup d’Etat. Il ne s’agit pas de sauvegarder l’Etat de droit, comme on a pu le dire au lendemain du 15 juillet 2016. La lame de fond autoritaire qui sape les fondements des institutions depuis 2013 traduit la volonté du président turc de museler toute opposition. Les récentes révocations en cascade et les arrestations arbitraires s’inscrivent dans la dynamique de neutralisation des contre-pouvoirs à l’œuvre depuis plusieurs années.

Le MondePar Robert Badinter, Virginie Duval, Clarisse Taron, Christophe Régnard et Simone Gaboriau.

Qu’on ne s’y trompe pas : la purge de l’institution judiciaire, de la fonction publique et des médias par le président Recep Tayyip Erdogan n’est pas une réponse à la tentative de coup d’Etat. Il ne s’agit pas de sauvegarder l’Etat de droit, comme on a pu le dire au lendemain du 15 juillet 2016. La lame de fond autoritaire qui sape les fondements des institutions depuis 2013 traduit la volonté du président turc de museler toute opposition. Les récentes révocations en cascade et les arrestations arbitraires s’inscrivent dans la dynamique de neutralisation des contre-pouvoirs à l’œuvre depuis plusieurs années.

Le MondePar Robert Badinter, Virginie Duval, Clarisse Taron, Christophe Régnard et Simone Gaboriau.

Qu’on ne s’y trompe pas : la purge de l’institution judiciaire, de la fonction publique et des médias par le président Recep Tayyip Erdogan n’est pas une réponse à la tentative de coup d’Etat. Il ne s’agit pas de sauvegarder l’Etat de droit, comme on a pu le dire au lendemain du 15 juillet 2016. La lame de fond autoritaire qui sape les fondements des institutions depuis 2013 traduit la volonté du président turc de museler toute opposition. Les récentes révocations en cascade et les arrestations arbitraires s’inscrivent dans la dynamique de neutralisation des contre-pouvoirs à l’œuvre depuis plusieurs années.

Platform for an Independent Judiciary in TurkeyThe extraordinary situation of violation of the independence of the judiciary in Turkey has induced all four European Associations of Judges to join together in their activities:

• The Association of European Administrative Judges (AEAJ),
• The European Association of Judges (EAJ),
•  Judges for Judges and
•  “Magistrats Européens pour la Démocratie et les Libertés” (MEDEL)

Platform for an Independent Judiciary in TurkeyThe extraordinary situation of violation of the independence of the judiciary in Turkey has induced all four European Associations of Judges to join together in their activities:

• The Association of European Administrative Judges (AEAJ),
• The European Association of Judges (EAJ),
•  Judges for Judges and
•  “Magistrats Européens pour la Démocratie et les Libertés” (MEDEL)

You are here: MEDEL News