Sunday, January 29, 2023

|MEDEL|

Let Us Not Abandon The Afghan Women

Last September, a delegation composed of two members of the board of MEDEL (Iria Gonzalez and Monika Frackowiak), the President of our member association Unión Progresista de Fiscales and the President of the NGO 14Lawyers went to Pakistan, to try to help more than 100 lawyers and magistrates from Afghanistan that are there waiting for a response of the western governments to their asylum requests.

An article was published today in a Portuguese newspaper about this initiative:  https://www.publico.pt/2022/10/24/opiniao/opiniao/nao-abandonemos-mulheres-afegas-2025070

You may find here the translation in English of the text.

—————

En septembre dernier, une délégation composée de deux membres du bureau de MEDEL (Iria Gonzalez et Monika Frackowiak), de la présidente de notre association membre Unión Progresista de Fiscales et du président de l’ONG 14Lawyers s’est rendue au Pakistan, pour tenter d’aider plus de 100 avocats et magistrats afghans qui y attendent une réponse des gouvernements occidentaux à leurs demandes d’asile.
Un article a été publié aujourd’hui dans un journal portugais à ce sujet:  https://www.publico.pt/2022/10/24/opiniao/opiniao/nao-abandonemos-mulheres-afegas-2025070

Vous pouvez trouver ici la traduction en français du texte.

Let Us Not Abandon The Afghan Women

At the end of last September, a delegation composed of two magistrates from the board of MEDEL (Magistrats Européens pour la Démocratie et les Libertés), the president of our Spanish member association Unión Progresista de Fiscales and the president of the NGO 14Lawyers went to Pakistan to meet with a group of more than 150 magistrates who have been there for more than a year and to try to make European governments aware of the urgency of finding a solution.

The situation of these refugees is totally precarious and intolerable. They managed to flee Afghanistan in the days and months following the fall of Kabul – with the help of MEDEL, 14Lawyers and countless other NGOs who worked tirelessly during that period – but have since been living in a legal limbo that contradicts all the public declarations of good intentions made by Western governments in the days following the Taliban takeover.

The provisional visas granted to them by Pakistan expired long ago and they could be faced at any moment with a return to Afghanistan, which would in practice be a death sentence. As a result, they have no access to health care, no possibility of working legally or enrolling their children in school, and have already exhausted the very limited economic resources that they were able to bring with them when they fled.

The stories of these refugees – especially the 35 women prosecutors, who obviously face an increased risk – are shocking. Two gave birth on arrival in Pakistan without any medical assistance, another miscarried, and yet another saw her child die before her eyes. They live in a state of permanent anxiety, constantly moving house, hardly going out and when they have to, they cover themselves completely – there have already been several cases of women being tracked down by Taliban, who cross the border without any restrictions. They are actively sought by those who have seized power in Afghanistan, they live in the anguish of knowing that by fleeing they have put their remaining family members in even greater danger and they continue to receive threats – one female prosecutor even received a message from a Taliban whose conviction she had secured in court saying that there was no point in covering up because he would recognise her anywhere, he would kill her husband and make her his wife.

Asylum requests addressed to Western countries have been held back by a bureaucratic wall and a lack of material and human resources in embassies, as was clear from the meeting held with the Spanish Ambassador in Islamabad (an identical meeting was requested from the Portuguese Embassy, which cancelled it at the last minute).

All the women interviewed spoke of the hope they had when – often against the wishes of their families and the community in which they lived – they decided to study and enter the judiciary, thinking that in this way they would contribute to an egalitarian and just society. The accounts they gave of the sacrifices and trials they faced while serving in prosecutors’ offices defending the rights of women and children or combating drug trafficking (the main source of funding for the Taliban regime), where they managed to convict many of those who were released in August 2021 and are now in power, were impressive.

What we owe these women is not a mere moral obligation – it is respect for the principles of International Humanitarian Law, to which all our States are bound by international treaties and conventions.

On the part of MEDEL, its associations and NGO partners such as 14Lawyers, we will continue to honour our commitment: faced with a regime that wants to force these women to live without a face, we will be their voice.

(FR) ————————

N’abandonnons Pas Les Femmes D’afghanistan

Fin septembre dernier, une délégation composée de deux magistrates du bureau de MEDEL (Magistrats Européens pour la Démocratie et les Libertés), de la présidente de notre association membre espagnole Unión Progresista de Fiscales et du président de l’ONG 14Lawyers s’est rendue au Pakistan pour rencontrer un groupe de plus de 150 magistrats présents sur place depuis plus d’un an et tenter de sensibiliser les gouvernements européens à l’urgence de trouver une solution.

La situation de ces réfugiés est totalement précaire et intolérable. Ils ont réussi à fuir l’Afghanistan dans les jours et les mois qui ont suivi la chute de Kaboul – avec l’aide de MEDEL, de 14Lawyers et d’innombrables autres ONG qui ont travaillé sans relâche pendant cette période – mais vivent depuis dans un vide juridique qui contredit toutes les déclarations publiques de bonnes intentions faites par les gouvernements occidentaux dans les jours qui ont suivi la prise de pouvoir par les Talibans.

Les visas provisoires qui leur ont été accordés par le Pakistan ont expiré depuis longtemps et ils peuvent être confrontés à tout moment à un retour en Afghanistan, qui serait en pratique une condamnation à mort. Par conséquent, ils n’ont aucun accès aux soins de santé, aucune possibilité de travailler légalement ou d’inscrire leurs enfants à l’école, et ont déjà épuisé les ressources économiques très limitées qu’ils ont pu apporter avec eux lorsqu’ils ont fui.

Les histoires de ces réfugiés – en particulier celles des 35 femmes procureures, qui courent évidemment un risque accru – sont choquantes. Deux ont accouché à leur arrivée au Pakistan sans aucune assistance médicale, une autre a fait un avortement et une autre encore a vu son enfant mourir sous ses yeux. Elles vivent dans un état d’anxiété permanente, déménagent constamment, sortent à peine et, lorsqu’elles doivent le faire, se couvrent complètement – il y a déjà eu plusieurs cas de femmes traquées par les talibans, qui traversent la frontière sans aucune restriction. Elles sont activement recherchées par ceux qui ont pris le pouvoir en Afghanistan, elles vivent dans l’angoisse de savoir qu’en fuyant, elles ont fait courir un danger encore plus grand aux membres de leur famille restants et elles continuent à recevoir des menaces – une procureure a même reçu un message d’un taliban dont elle avait obtenu la condamnation au tribunal, disant qu’il était inutile de se couvrir car il la reconnaîtrait partout, il tuerait son mari et ferait d’elle sa femme.

Les demandes d’asile adressées aux pays occidentaux ont été freinées par un mur bureaucratique et un manque de ressources matérielles et humaines dans les ambassades, comme l’a montré la réunion tenue avec l’ambassadeur d’Espagne à Islamabad (une réunion identique avait été demandée à l’ambassade du Portugal, qui l’a annulée à la dernière minute).

Toutes les femmes interviewées ont évoqué l’espoir qu’elles ont eu lorsque – souvent contre la volonté de leur famille et de la communauté dans laquelle elles vivaient – elles ont décidé d’étudier et d’entrer dans la magistrature, pensant qu’elles contribueraient ainsi à une société égalitaire et juste. Les récits qu’elles ont fait des sacrifices et des épreuves auxquels elles ont été confrontées alors qu’elles servaient dans des bureaux de procureurs défendant les droits des femmes et des enfants ou luttant contre le trafic de drogue (principale source de financement du régime taliban), où elles ont réussi à faire condamner nombre de ceux qui ont été libérés en août 2021 et qui sont aujourd’hui au pouvoir, étaient impressionnants.

Ce que nous devons à ces femmes n’est pas une simple obligation morale – c’est le respect des principes du droit international humanitaire, auquel tous nos États sont liés par des traités et conventions internationaux.

De la part de MEDEL, de ses associations et ONG partenaires comme 14Lawyers, nous continuerons à honorer notre engagement : face à un régime qui veut forcer ces femmes à vivre sans visage, nous serons leur voix.

Connect with MEDEL

Subscribe to our newsletter

And stay updated with all the latest news, activities and announcements.

Latest news